Accueil > Le Canard des Alpages > Le coin pratique

Charte du Canard des Alpages

La charte du Canard des Alpages est téléchargeable ici

CHARTE DU JOURNAL LE CANARD DES ALPAGES

A/ UN JOURNAL, POUR QUOI ?
Ce chapitre précise nos valeurs, motivations, principes ...
Notre monde est beau mais inquiétant. Il est à l’image de ce que nous sommes collectivement, résultat de nos actes, de nos pensées, intentions, gestes, désirs … Par moments, il reflète aussi et réalise notre rêve d’amour, de fraternité, de grandeur et de richesse légitimes, de beauté, de conscience …
Nous en sommes en partie les auteurs, tout comme la classe dirigeante actuelle qui peine à remettre en cause son organisation. En revanche, disséminées dans la population, des forces, des initiatives, des expériences, individuelles ou collectives, préfigurent le monde tel qu’elles le voudraient.
C’est pour participer, à notre échelle, à la construction d’un monde nouveau que nous sommes mobilisés. Nous faisons partie de ces forces qui remettent en cause (soit par leurs actions, soit par leur volonté affichée) les mécanismes qui produisent un asservissement de la pensée. Ces mécanismes induisent des comportements critiquables de repli sur soi et d’asservissement de la libre pensée. Cela a pris plusieurs générations. De ce fait ils imprègnent aujourd’hui les comportements sociaux à toutes les échelles, de l’individu aux organisations mondiales. La plupart du temps nous n’en avons même pas conscience.
Pour être cohérents notre association et notre journal tentent d’éprouver des mécanismes que nous espérons porteurs d’avenir radieux. Par exemple, dans les statuts de l’association, nous avons privilégié les prises de décision par consensus. Dans la charte du journal nous avons prévu de laisser le prix à l’appréciation du lecteur. La convivialité, la mise en commun d’idées et de pratique ainsi que le bien-vivre ont une large place lors de nos rencontres.
Notre journal veut tenter de donner consistance à ce rêve ; à la fois dans ses écrits et dans sa forme, mais aussi dans les règles de fonctionnement de l’équipe qui va l’animer et l’imprégner.

B/ UN JOURNAL, PAR QUI ?
Le collège des membres fondateurs de l’association Médialp’ constitue le comité de rédaction. Il assure la cohésion du journal en donnant son accord de publication des articles proposés.
Les membres adhérents, personnes physiques ou morales, de l’association Médialp’ participent à la vie du journal en écrivant régulièrement des articles selon l’esprit de la présente charte, en le distribuant, mais aussi en participant financièrement à l’association Médialp’, et enfin en proposant une orientation générale au comité de rédaction. Ces tâches sont toutes définies ci-après.
Les personnes non adhérentes à Médialp’ peuvent proposer des articles selon l’esprit de la charte.

C/ UN JOURNAL POUR QUI ?
Les lecteurs
Nous souhaitons nous adresser à tout public, résidents ou passants, fraction de la majorité silencieuse mais curieuse, qui doute de ce qui fait office de certitude dans notre société.
Dans l’idéal, le lecteur devrait se reconnaître dans le journal ; autant dans l’esprit qui le porte que dans les rubriques et le style qui doivent donner du sens à son questionnement et confiance dans sa propre créativité.
Les rédacteurs
Ce journal est aussi une réponse (parmi d’autres) à la volonté de nombreuses personnes ou organisations locales (associations, autres …) de se connaître et de travailler ensemble. C’est une sorte de maison de papier.
Les organisations locales (parfois méconnues) partagent nos valeurs. Dans ce cadre, si elles le souhaitent, elles peuvent devenir adhérentes de Médialp’ et de fait, s’exprimer régulièrement dans le journal et le soutenir. Cet outil permet de présenter leurs actions. En outre, il représente la possibilité pour elles d’exprimer régulièrement un point de vue sur un sujet, en rapport avec leur objet. Dans le cas particulier ou une organisation souhaiterait donner la parole à l’un de ses membres (celui-ci s’exprimant en son nom propre), l’organisation devra le faire sous sa responsabilité et le dire clairement au lecteur ; de plus, dans ce cas particulier, le comité de rédaction se réserve le droit de refuser l’article sans avoir à se justifier.
Il en va de même pour les personnes individuelles : elles peuvent soutenir le journal en adhérant à Médialp’ et en s’exprimant régulièrement dans le journal.
Ce journal donne enfin la possibilité à tous (individus ou organisations non adhérents à Médialp’) de s’exprimer. Il s’adresse à ceux qui ont envie de rencontre, d’échange, de confrontation, de partage, à tous ceux qui ont envie de construire ce monde en gestation.
Plus globalement ce journal cherche à favoriser l’expression dans un contexte collectif.
L’expression est donc libre, dans la limite du respect des opinions des lecteurs et des autres rédacteurs ; ainsi tout écrit prosélyte ou de parti est exclu.

D/ UN JOURNAL COMBIEN ?
La diffusion
Le tirage : D’épaisseur variable d’au moins 16 pages et de l’ordre de 1000 exemplaires au début en fonction des forces de distribution. Il est de format ordinaire (A4).
La périodicité : trimestriel, au moins au début.
La zone de diffusion : là où les diffuseurs voudront bien (avec tact et discernement). Partout et de toutes les manières possibles et imaginables. Exemples : de la main à la main entre amis, par dépôts (commerces, lieux publics), par distribution ponctuelle (manifs, marchés, foires ...). La diffusion est assurée par les réseaux des adhérents, des amis, des familles ...
Le financement
C’est un journal payant que l’on ne peut voler. À participation libre (explicitant de la manière la plus incitative possible la nécessité de payer le prix juste pour chacun) il est distribué, mis à disposition n’importe où, c’est à dire partout, mais il est clairement indiqué qu’il est payant : soit par soutien à Médialp’, soit dans une ’maison-tirelire’ à l’endroit du dépôt.
La participation active des adhérents de Médialp’ comprend aussi le caractère financier. Avec engagement au moins annuel, tri-annuel, éternel. Le montant du soutien à Médialp’, rediscuté annuellement dans le fond (somme) et la forme (libre, proposé, fixe) est une source de revenu régulier qui doit assurer la pérennité financière du journal.

E/ UN JOURNAL COMMENT ?
Le ton, la forme d’écriture, l’esprit
Un journal qui se veut plaisant à lire et à écrire. Qui fait ressortir autant que possible les plaisirs simples et sains de la vie. Car la joie de vivre et le plaisir de vivre ensemble sont des conditions indispensables pour que le monde de demain soit … un paradis ! .
Un journal qui fait la part belle à des articles rédigés sous forme d’interviews.
Un journal qui respecte la dignité humaine, donc un journal qui cherche des moyens d’attirer le lecteur sans avoir recours aux méthodes racoleuses habituelles d’une certaine presse.
Un journal qui préfère la pédagogie à la démagogie.
Un journal qui suscite la discussion, accepte les points de vue divergents ; bref, qui écarte la pensée binaire et l’agressivité.
Un journal qui utilise un langage simple pour expliquer la complexité et s’abstient de toute forme de jargon.
Un journal qui se veut « libre à l’égard des pouvoirs, critique envers les idées reçues ou les alternatives simplistes ».
Un journal qui utilise tout texte susceptible d’éveiller nos consciences par un côté didactique et en s’appuyant sur d’autres valeurs que les valeurs actuelles de force et profit. Dans son principe de base, dans son fondement, nous le voulons PARTICIPATIF.
Le support, l’aspect
Dans un environnement médiatique largement virtuel, dans un monde de plus en plus désincarné alors que nous souhaitons créer du lien, nous avons choisi le papier, ancré dans le réel.
Le papier se passe de la main à la main, se trouve aux comptoirs des commerçants, des lieux publics. Le papier se plie dans la poche pour être lu dans le train, la salle d’attente. Il va à la rencontre de ses lecteurs, contrairement aux "sites" virtuels, qui demandent une machine. Le papier est sensuel et convivial. Il doit refléter la sensation d’être accessible, tant à l’écriture qu’à la lecture, donc être simple.
Le journal des organisations adhérentes à Médialp’
Une partie du journal est plus particulièrement attribuée aux organisations adhérentes à Médialp’. C’est « leur journal » dans le nôtre. Il fait au moins 4 pages et pas plus de la moitié du journal. Il est repérable dans sa forme et se situe dans les pages centrales.
Un contenu qui s’ancre autant que possible dans le local et la proximité, tout en mettant en évidence les liens organiques avec le contexte dans lequel il s’inscrit.